biennale de Londres : l'utopie de la première

15/11/2016

« En tant que Designer de métier, nous avons, comme nos pairs, cette soif de créer inlassablement ce qui paraît impossible à première vue. Nous avons donc particulièrement aimé le thème de l’UTOPIE développé lors de la LDN car cette recherche d’idéal nous concerne tous. »

Que reste-t-il de l’utopie ?

LDN 2016Ce pourrait être une banale question de philo, au pire un débat d’idées éculé. Mais ces temps-ci, l’utopie d’un monde meilleur, qui a soif d’idéal et d’idées hautes, fait écho à nos désirs de paix et d’harmonie.
C’est à cette question que les artistes et designers issus de plus de 30 pays ont tenté de répondre, lors de la Biennale de Londres.  Il y a 500 ans, Thomas More - écrivain et penseur – imaginait, dans son livre Utopia, une cité parfaite aux confins du monde connu.
Christopher Turner, le directeur de la biennale s’est exprimé à ce sujet :« L’utopie a influencé beaucoup de projets de design et d’architecture. Les programmes d’habitations modernistes, par exemple, ont été pensés comme des utopies… et, en un sens, l’utopie s’est entre temps démodée. Donc, on s’est demandé si on pouvait sauver quelque chose de l’idéal utopique, on ne s’attendait pas à de grands plans de réhabilitation, mais on pensait que l’espoir était quelque chose qui valait le coup d’être exploré.»

 

Zoom sur les temps forts de la biennale

- Une grande installation lumineuse cinétique ayant pour but de démontrer la précarité de l’idéal utopique et sa tendance à s’évanouir quand elle est confrontée au monde réel.« Level » a été imaginée et conçue par un collectif de designers autrichiens, Mischer’traxler, basé à Vienne.

LDN 2016 Level

- Des cocons suspendus à l’apparence animale ont été conçus et réalisés tout à la main sans l’aide d’aucun ordinateur (à part pour le logo) comme ce que les gens ont toujours fait depuis si longtemps. Pour Porky Hefer, un des plus grands créateurs sud-africains, l’utopie tourne essentiellement autour de l’humain, reste à savoir comment adapter la technologie pour défendre cette idée. Le projet, appelé « Otium and Acedia », est une ode à la liberté et la gaieté.

OTIUM ACEDIA

- La création futuriste de la marque Jaguar, principal partenaire de l’exposition menée par Ian Callum, Directeur Design Jaguar, a révélé aux yeux du grand public un nouveau prototype de sculpture laser illustrant « L’Utopie par le Design ».

LDN Jaguar


Bout à bout, ce laboratoire de visions idéales du monde contribue à redéfinir ensemble ce que le monde pourrait revêtir de meilleur grâce au design. Continuons donc de rêver design. Et terminons l’exercice ensemble, en répondant à l’éternelle question d’Utopie, par une des plus belles citations de Oscar Wild :

«Une carte du monde qui ne comprend pas l’utopie n’est pas digne d’ un regard, car il laisse de côté le seul pays où l’ humanité est toujours d’atterrissage.»

Français