le travail devient nomade

31/03/2016

WORK HARD & DESIGN

Cela pourrait s’appeler le nouveau Click , Share & Work.

Parfois freelance, parfois entrepreneurs, parfois salariés en télétravail, parfois bénévoles associatifs, ils ont un dénominateur commun, celui de vouloir cohabiter, co-travailler partout, ici et ailleurs comme s’ils étaient chez eux. Ces nomades du travail s’affranchissent de toutes les contraintes géographiques pour vivre à leur rythme en indépendants mais partager tout de même leurs expériences, la confronter même à celles des autres, voire créer des synergie de travail entre eux. Parcourir le monde en quête de projets professionnels, même pas peur ! Ces nouvelles façons de vivre, de penser, de partager le travail sont en train de révolutionner notre société, à tel point que des secteurs entiers vivent de plein fouet cette mutation.

Dans nos modes de vie actuels, la plus grande révolution est celle d’éprouver le besoin de se regrouper autour de l’habitat, de son activité professionnelle et des projets en cours. Le nouveau mouvement que les réseaux sociaux ont imprimé: la dématérialisation du bureau au sens strict du terme mais paradoxalement aussi le besoin de réunion physique autour de ces nouveaux outils numériques devenus incontournables.

De nombreuses « startup houses » poussent un peu partout à travers le monde. L’une d’entre elles est  née à Paris, la « Hacker House ».

Le principe : l’usage prime quand la propriété déprime ; les échanges directs entre citoyens sont favorisés quand l’économie centralisée finit dans le fossé. Les métropoles s’apprêtent à passer d’un modèle « prêt-à-porter » à un  modèle « prêt-à-partager ».

A titre d’exemple, les générations deviennent locataires plutôt que propriétaires. Cela correspond au fait que nous sommes de plus en plus habitués et confrontés à la nécessité voire l’obligation de prêter, louer, donner, échanger des objets via les technologies de l’information et communautés de pairs. Les rencontres et les collaborations sont aussi hautement favorisées : les personnes, mises en relation par le bouche-à-oreille ou sur leurs lieux de travail ou grâce à leur réseau social, leur réputation ou encore leur présence web, feront des candidats et des partenaires de travail plus agiles et réactifs, plus connectés donc plus efficaces.

Colocations, habitat participatif, habitat groupé, autant de façons alternatives à l’achat immobilier classique pour vivre et travailler différemment. Ensemble.

Tout l’enjeu des « startup houses » est d’associer un espace de vie partagé, un espace de travail, et une vie commune de multiples talents pour créer des synergies. Il existe aujourd’hui de plus en plus de « startup houses » à travers le monde, qu’il s’agisse de Year-round Retreats (long terme) ou de Pop-up Retreats (court terme) ou les Hashtag Houses.

Les « HackerHouses » sont donc LES tous nouveaux espaces de co-living qui permettent à tout porteur de projet d’enrichir son expérience entrepreneurial et d’augmenter les chances de réussite de son projet. Il s’agit d'un mode de vie urbain et moderne qui s'adresse uniquement aux aventuriers et créateurs. Investir dans une « HackerHouse » s'inscrit dans une démarche tournée vers l'avenir et soutenue par les pouvoirs publics.

Une première à Paris, un succès sur la toile avec plus de 700 inscrits pour seulement 7 places .

Et si la révolution architecturale, urbanistique était en marche ? Ou si simplement des Cités radieuses voyaient à nouveau le jour ?

 

 

Français