VINCENT ROUILLARD dévoilé

31/03/2016

Interview Vincent Rouillard / Macé

De plus en plus, le bureau s’improvise, se fait bohème, itinérant. Pour notre interview, il se pose quelques instants au café Murat. L’air est frais et vibrant sous le soleil du matin. Vincent Rouillard, précis et ponctuel, s’installe et la conversation s’entame entre les voluptueux effluves de café.

Vincent Rouillard, Designer de métier et ex-Directeur Artistique de Majencia arrivé depuis peu en tant Directeur Marketing, Design & Innovation du groupe, est pétri d’envies nouvelles et nobles comme celles de vouloir concevoir des espaces de travail comme à la maison version Home-office.

Macé, des idées hautes !

Les créations Macé sont vraiment centrées autour de la personnalité de l’utilisateur final, en offrant des bureaux de grande qualité et des lieux de réunions, mués en lieux de vie.

L’importance ici est donnée à la matière première, aux matériaux, le point de départ primordial à toute création de qualité. Ainsi, la matériauthèque va être encore redensifiée et le spectre de l’ébénisterie agrandi : laques, linoléums, cuirs, matériaux tactiles, sensitifs... comme autant de matières à penser.

De nos jours, en effet, la relation que l’on entretient avec un objet de déco design est chargée de sens et de valeur, il devient même de plus en plus un véritable prolongement de soi, de notre manière d’être, de créer, de vivre tout simplement. Il doit aussi, de plus en plus, correspondre aux toutes nouvelles façons de travailler : séances de brainstorming, co-working, conf-call, ou même télétravail…

Macé a pour ambition de devenir un des leaders culturels du marché, ce qui passe, avant tout, par l’innovation et la valeur ajoutée apportées. Une ambition bien concrète se dessine : pouvoir rien qu’au toucher et d’un seul regard deviner qu’un bureau est signé Macé !

Comment est votre bureau ? Quelle relation entretenez-vous avec lui ?

« Il est fixe et itinérant à la fois. Une idée, cela se trouve dans des endroits différents. Il faut prendre du recul, observer. Heureusement, tout ne se passe pas en étant assis devant son bureau, collé à son ordinateur. J’aime l’idée que l’on puisse avoir envie d’en sortir pour mieux revenir s’y poser et se remettre d’arrache-pied à la tâche que l’on a à accomplir. »

Quelle évolution pour l’image de Macé ?

« Passer du lifestyle au workstyle, c’est-à-dire se réapproprier vraiment le monde du travail, réaliser une sorte de captation : pour et vers une harmonisation de ces deux sphères. Finalement, c’est un binôme que l’on crée avec son bureau pour se sentir bien, travailler presque sans s’apercevoir que l’on n’est plus chez soi mais au travail. »

Et la réunion ?

« Elle est le moteur de l’intelligence collective, il faut qu’elle devienne moins formelle plus intime et éditée comme un art de vivre.  On doit aussi, quand on entre dans un espace de travail, ressentir la façon dont fonctionne l’entreprise, quels sont ses codes, ses aspirations, ses valeurs profondes, son management. »

Et l’offre de services, quelle sera-t-elle ?

« Elle sera dédiée aux professionnels du métier : designers, architectes, qui se verront proposer des solutions réellement adaptées. L’idée est qu’ils deviennent vraiment des business partners utilisant des outils efficaces que nous leur réservons. »

Et les nouvelles façons de travailler, Macé va-t-elle les intégrer ?

« Oui bien sûr, intégrer et comprendre la partie affective que joue le bureau est essentiel. Le temps passé au travail est sans cesse croissant, autant que ce moment soit le plus harmonieux possible. Les nouvelles façons de travailler sont là tout autour de nous. Il faut absolument  se nourrir de ces nouvelles tendances tout en ne perdant pas de vue l’essentiel, à savoir l’amour du beau et du travail bien fait »

Notes prises, stylo rebouché, le bureau Murat se referme et un autre bureau va se rouvrir pour Vincent au siège social de Macé, celui du groupe Majencia situé à Saint Cloud à quelques pas d’ici.

Le bureau se vit et se transforme désormais. Une chose est sûre, Macé compte bien faire partie de ce mouvement en marche.

Français